Radicalité des activistes, un engrenage inquiétant


Tribune parue sur le site du Figaro, le 7 novembre 2022 sous le titre "L'écologisme radical prospère sur l'indulgence des pouvoirs publics".



Par Frédéric Lefret et Olivier Vial, co-fondateurs de l’Institut du Dialogue civil. Un institut de veille, d’analyse et de formation sur les nouvelles formes de contestation et d’activisme

« Ce week-end, nous avons complètement débordé le dispositif de maintien de lordre à Sainte-Soline. […] Nous avons arraché les grilles et accédé à cet endroit tant protégé. Nous ny avons pas trouvé grand-chose, mais ce que nous avons vécu pour latteindre marquera nos combats à venir » s’enthousiasme un militant ayant participé à cette « guerre de l’eau » qui, selon lui et ses camardes, vient de commencer.


Quand 4 000 personnes bravent un interdit préfectoral, affrontent 1 700 gendarmes et participent à des attaques à la façon des blacks block, permettant aux plus radicaux de se dissimuler au milieu des familles pour ensuite tirer au mortier et jeter des cocktails Molotov sur les forces de l'ordre, cela n’a rien d’innocent. Un tel baptême du feu, qui apparaît en plus victorieux (les travaux sur les bassines ont été interrompus) et sans grandes conséquences (seuls 4 manifestants ont été interpellés et renvoyés en comparution immédiate devant le tribunal), ne peut qu’affermir l’envie d’en découdre des nouveaux venus dans la cause.


Une génération formée à la désobéissance civile


Depuis plusieurs mois, une dynamique radicale traverse la plupart des mouvements militants écologiques. Les marches pour le climat ne font plus recette. Les rebelles d’Extinction Rebellion délaissent leurs chorales, leurs danses et leurs déguisements bigarrés. Le temps est désormais à la désobéissance civile, voire à l’action directe.


Pour attirer les apprentis activistes et accompagner ce tournant stratégique, des formations à la « désobéissance civile » sont organisées sur l’ensemble du territoire toutes les semaines, et ce depuis plusieurs années. Certaines d’entre elles sont même financées par des subventions publiques (sic !). Ce sont ainsi des milliers d’étudiants, de salariés, de retraités à qui l’on a appris à réagir, à s’organiser face à la police et à s’affranchir de la Loi. Pour ne pas effrayer les plus tendres et les plus modérés, un arsenal d’actions très diversifiées est proposé. Chacun doit pouvoir franchir les étapes vers la radicalité militante à son rythme. C’est ainsi que depuis deux ans, nous avons vu éclore de nouveaux modes d’action illégaux, mais pour lesquels leurs auteurs ne risquent pas de poursuites importantes. Dégonfler les pneus des SUV, mettre hors d’état de marche des panneaux lumineux, saccager le green d’un golf, voler les bouchons des emballages de sucre en poudre pour en empêcher la vente … tous ces «microsabotages » constituent des marchepieds vers des actions plus dures.


L’étape suivante ? Cela peut-être le blocage. Interrompre la circulation sur l’autoroute ou le périphérique, comme le font, depuis des mois, les membres du collectif Dernières rénovations. Si l’idée n’est pas nouvelle, la méthode utilisée avec le recours à de la colle pour s’arrimer au bitume est récente et directement inspirée des mouvements anglais. Le vandalisme est lui aussi en train d’être remis au goût du jour. Dépassés les tags dessinés anonymement en pleine nuit, désormais, quand on jette de la soupe sur un tableau, toute l’action est filmée et relayée sur les réseaux sociaux. L’impact est démultiplié, les conséquences juridiques également. Enfin, le sabotage représente toujours le Graal pour les plus aguerris. Dans ce domaine également, le phénomène s’amplifie depuis deux ans : destruction de machines-outils sur les chantiers, dégradation d’antennes 5G, câbles du réseau internet sectionnés… En mars dernier, un train de céréales a même été attaqué par des activistes qui ont déversé sur les voies 142 tonnes de blé.


Une radicalisation de plus en plus acceptée et légitimée par des universitaires


Les pouvoirs publics, comme les entreprises (beaucoup de ces activistes sont également des salariés) auraient tort de prendre cela à la légère. Certains se sont moqués des militants « en toc version tik-tok » qui jettent de la purée sur un tableau de Monnet. En réalité, même ces méthodes qui paraissent ridicules ont été pensées et théorisées de longue date. Leur impact médiatique et le clivage qu’elles nourrissent au sein même de la galaxie climat démontrent malheureusement leur efficacité.


Nous n’assistons pas à une simple et passagère poussée de fièvre qui ne toucherait que les militants. 30% des moins de 35 ans se déclaraient, d’après un sondage réalisé en septembre 2021 par Harris Interactive pour linstitut du dialogue civil, prêts à occuper de force une entreprise, à dégrader des panneaux publicitaires ou directement les produits d’une entreprise. Un tel niveau d’acceptation pour des actions pourtant illégales a de quoi inquiéter. Il constitue au minimum pour les mouvements les plus radicaux un soutien moral qui pourrait avec le temps se transformer en vivier de recrutement.


Comment s’étonner de cette dérive radicale d’une partie de la jeunesse quand on sait que depuis des années, en toute impunité, certains universitaires prêchent la nécessité de dépasser l’engagement politique classique pour légitimer le sabotage ou même l’action directe ?


En France, par exemple, le Philosophe Geoffroy de Lagasnerie explique que les militants sont habitués à piocher dans un arsenal de moyens d'action (sit-in, pétition, grève, manifestation…), mais que « ces formes traditionnelles nous donnent souvent un sentiment purement fictif d’agir. » Dans son livre En finir avec l’impuissance politique, il affirme, citant le philosophe allemand Günter Anders, que la seule possibilité pour être efficace c’est « le recours à la violence - c’est-à-dire le fait de menacer physiquement ceux qui nous menacent. Agir politiquement ne doit consister ni à faire la fête, ni à nous mettre en danger, ni à nous faire souffrir nous-même. Agir veut dire : faire souffrir celles et ceux qui nous font souffrir ».


Alors quand le ministre de l’Intérieur parle d’écoterrorisme, son inquiétude est légitime. Malheureusement, l’étape d’après, c’est bien celle-là ! La question n’est plus de savoir si cela va arriver, mais seulement quand cela va se produire !


Là encore, des intellectuels préparent les esprits. Andreas Malm, un universitaire suédois, devenu le héraut des mouvements radicaux depuis la publication, en 2020, de son livre « Comment saboter un pipeline » faisait semblant de s’interroger : « il est étrange et frappant que les militants pour le climat n’aient pas commis d’actes de terrorisme. Après tout, le terrorisme est de loin la forme d’action politique individuelle la plus efficace du monde moderne et le changement climatique est un sujet qui tient au coeur des gens […] C’est d’autant plus remarquable quand on pense à la facilité avec laquelle on peut faire sauter des stations-service ou vandaliser des SUV. »


Fin octobre, interrogé sur un plateau de télévision, il enfonçait le clou affirmant ”nous devons infliger des dégâts matériels qui engendrent de sérieux coûts financiers aux forces du capital."


Tous les éléments sont réunis (formation des militants, théorisation et légitimation du recours à la violence, multiplication des actions) pour que l’on passe de l’agitation contestataire à un véritable chaos. Sans réactions énergiques de la part des pouvoirs publics et des entreprises, cette fièvre militante pourrait bien devenir une maladie chronique qui s’attaquera à nos libertés et à notre fonctionnement démocratique.