L’impact la Woke culture sur le marketing de l’entreprise



Tribune de Frédéric Lefret, Président de l'institut du Dialogue Civil parue dans Marketing Professionnel, le 9 octobre 2021.


En quelques années, la woke culture a conquis une partie importante de la jeunesse et notamment la génération Z. Plus de la moitié des 18-35 ans souhaitent désormais que les entreprises s’engagent dans leur communication marketing comme dans leur politique de ressources humaines à une meilleure prise en compte des revendications et des critères identitaires comme l’appartenance ethnique, l’identité de genre, ou la religion. C’est ce que révèle le sondage Harris Interactive réalisé pour l’Institut du Dialogue Civil et publié le 18 septembre [1]. Ces nouvelles aspirations constituent un véritable défi pour les marques.

LA MARQUE DEVIENT POLITIQUE

Aux yeux des Français, les institutions politiques traditionnelles (élus, mais aussi ONG) apparaissent de moins en moins comme des acteurs capables de changer la société et de répondre aux défis de notre époque. À la différence des entreprises qui, avec la montée en puissance de la RSE et du statut d’entreprise à mission, voient leurs rôles sociétales et politiques s’accroître.

Certaines thématiques rassemblent toutes les générations. La défense de l’environnement est un enjeu majeur pour 89 % des Français, 84 % placent également le bien-être animal et la place des femmes parmi leurs priorités. Mais les 18-35 ans portent également des combats plus identitaires directement issus du mouvement Woke, comme la prise en compte par les entreprises des revendications liées à l’appartenance religieuse, ethnique ou de genre.


Consulter la suite de la tribune